Home / Actualité / Repos Biologique en Guinée : Pourquoi la question des fillets de pêche rentre en compte

Repos Biologique en Guinée : Pourquoi la question des fillets de pêche rentre en compte

Partager l'article

Le ministère de la Pêche et de l’Aquaculture vient de reporter le repos biologique initialement prévu du 1er juillet au 31 août soit pratiquement deux mois. Pour cette année, il entre en vigueur au mois d’août prochain. L’annonce vient d’être faite par le chef du Département,  Frédéric LOUA, à travers un communiqué  rendu public ce mardi 30 juin 2020 à Conakry. Cette décision s’explique par plusieurs raisons. Notamment celles évoquées par le Ministre.

Selon lui, ils se sont focaliser sur les conséquences de la COVID-19 sur le secteur de la pêche. « (…) Pour des raisons liées à la crise sanitaire que nous traversons, les stocks de poissons qui sont habituellement constitués pour couvrir les besoins du marché guinéen pendant la saison des pluies, n’ont pas pu être mis en place, à cause de l’interruption prématurée des activités de pêche d’une partie de la flottille de pêche industrielle », dira-t-il.

Plus loin, certains acteurs pointent du doigt la qualité des fillets qui servent à faire la pêche. C’est le cas de monsieur Mohamed Sylla président du comité de développement des Débarcadère, (CDD) de Boubinet, «Le fillet en Nilon est de la plus bonne qualité parcequ’une fois abandonné en mer, il coule pour se réfugier au fond. Tandis que le fillet en mono-filament abandonné en mer stagne et continue à pêcher tout seul durant des mois sans l’oeil vigilant des pêcheurs ce qui représente une énorme perte pour la nature et pour nous les acteurs de la pêche. Ce qui fait que les poissons s’éloignent de la zone où ils constatent la présence de ces derniers», fait-il le constat.

En dehors de ça, il appelle le ministère de la pêche et de l’aquaculture à mettre plus d’ordre dans le secteur de la pêche y compris en conseillant l’usage des fiillet autrefois usités pour préserver la nature et rendre plus rentable l’activité.

Amadou Bayo Kanté


Partager l'article