Home / Analyse / IBRAHIMA KONE, LA PASSION DE LA PERFORMANCE

IBRAHIMA KONE, LA PASSION DE LA PERFORMANCE

Partager l'article

Il n’est pas exagéré de dire que le Directeur Général Adjoint du quotidien guinéen, Horoya est un modèle de professionnalisme qui a su insuffler une dynamique nouvelle à cet organe d’information national. Depuis sa nomination au postede Directeur Général Adjoint chargé du développement du journal Horoya, il a imprimé à ce service sa forte personnalité et son savoir-faire managériale. Le journal Horoya est le symbole de notre souveraineté nationale. A travers les années, il a su informer, éduquer le peuple de Guinée.

Sous la première République le quotidien national a soutenu et vulgariser les idéaux de la révolution à travers toutes les rubriques : politique, culturelle, administrative, sportive etludique. Mais cet organe d’information a connu une traversée du désert, il a perdu de sa superbe à cause de sa relégation au second plan. Il n’existera que de nom car sa mission d’information a été dévoyée par ceux-là même qui devaient le soutenir et le renforcer.

L’arrivée d’Ibrahima Koné, jeune Directeur Adjoint dynamique a redonné vie à cet organe. Aujourd’hui les tra-
vailleurs ont compris qu’ils ont une mission à accomplir, celle d’informer les populations. Les innovations, la mise en confiance du personnel et la nouvelle orientation sont en train de faire de Horoya un véritable journal de bureau et de chevet. La variété des rubriques, la qualité de son impression témoignent à suffisance du renouveau qu’il entend apporter à ce service.

Sa connaissance notoire du secteur de la communication a fait de lui le Président de la section guinéenne de l’Union de la Presse Francophone, PDG du groupe de presse Vision 2000. A merveille il a assumé la gestion des hommes et des
services. Son humanisme et son sens élevé de responsabilité font de lui un patron jovial, disponible et proche
de ses collaborateurs.

En sa compagnie on ne s’ennuie pas, il a toujours un mot, un sourire pour tous
ceux qui le pratiquent. On dirait même que sa bonne humeur est contagieuse, il traite son personnel comme une famille. Et c’est justement cette attention qui a fait souffler sur Horoya ce vent de renouveau. Malgré la précarité des conditions de travail, Ibrahima Koné réussit toujours à motiver et exhorter son personnel pour le bon travail. En plus du quotidien Horoya, il vient de lancer un autre journal consacré aux actions de nos braves femmes et à leur promotion économique et sociale. Visionnaire il est, et son rêve le plus ardent est de faire de son quotidien un véritable organe d’information à l’instar des grands journaux de la sous-région et même du monde : Le Soleil, L’Essor, Fraternité Matin, Libération etc.

A cet élan le journal Horoya ne tardera plus à redevenir ce qu’il était auparavant, un journal riche, et suffisamment imprimé pour vulgariser les actions du gouvernement. Avec Ibrahima Koné, le pari semble gagné. Il reviendra désormais aux autorités de prendre la mesure de toutes les innovations envisagées, pour doter ce service en moyens financiers et
matériels adéquat.

Bon vent, Monsieur le DGA

Amadou Bayo Kanté 


Partager l'article