Home / Actualité / Pour protéger l’environnement le gouvernement guinéen interdit la coupe et le transport de bois

Pour protéger l’environnement le gouvernement guinéen interdit la coupe et le transport de bois

Partager l'article

«Après avoir constaté la coupe abusive du bois dans nos forêts et l’exploitation illicite des ressources forestières en général, le ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts interdit la coupe et le transport du bois sur toute l’étendue du territoire national à compter du lundi 14 juin 2021 et ce jusqu’à nouvel ordre», a indiqué un communiqué du ministère de tutelle publié sur sa page Facebook et daté du 11 juin. Sur la même lancée, le ministère interdit à l’administration la délivrance de permis de coupe et de transport de bois.

Cette décision fait suite à des opérations clandestines d’abattage qui ont fait écho ces dernières semaines, dans les régions de Mamou et Faranah (centre).

Encore selon le même post, la Guinée ferait partie des pays ayant le taux de déforestation le plus rapide au monde courant les dernières décennies. Cette hypothèse est soutenue par des statistiques qui dénotent que «de 14 millions d’hectares dans les années 1960, l’espace forestier guinéen est passé à la fin des années 2010 à moins de 700 000 hectares, ce qui fait de la Guinée «l’un des mauvais élèves» en terme de conservation des forêts, malgré les efforts de reforestation entrepris»

Les causes de cette déforestation sont diverses et se tiennent entre autres : l’expansion des cultures du cacao, du café ou de l’huile de palme, l’agriculture sur brûlis pratiquée par une population de plus en plus nombreuse, la pression démographique d’une population qui a doublé en quarante ans, les activités minières, l’exploitation du bois, légale ou clandestine, pour lui-même ou pour d’autres activités comme l’extraction de sel ou le fumage du poisson.

Toute nos tentatives de joindre les responsables de la filière bois au différents centre de fournitures ont été sans succès. Raison évoquée : le ministère serait actuellement en concertation avec la filière pour tenter d’apporter des solutions de sortie de crise.

A noter que cette pratique de déforestation appauvrit la biodiversité et impacte fortement les populations, confrontées à l’érosion et à l’acidification des sols, selon les spécialistes.

Amadou Bayo Kanté


Partager l'article