Home / Actualité / Vers l’enrôlement biométrique des futurs bénéficiaires des activités de l’ANIES

Vers l’enrôlement biométrique des futurs bénéficiaires des activités de l’ANIES

  

Les locaux du ministère de l’Economie et des Finances ont servi de carde à la cérémonie de signature ce  jeudi 3 octobre 2019, entre le  gouvernement  guinéen à travers l’Agence nationale d’inclusion économique et sociale  (ANIES) et IDEMIA, leader mondial de l’identité civile, d’un accord de partenariat relatif à l’enrôlement biométrique  des futurs bénéficiaires de la politique nationale d’inclusion économique et sociale.

En effet, la signature de ce contrat définit les conditions de la mise en place du dispositif d’enrôlement  et les obligations que chacune des parties doit remplir pour sa réalisation. Le processus d’identification quant à lui, démarrera en ce mois d’octobre avec une expérimentation  de six (6) mois qui portera sur 400 000 personnes ou plus, avant une généralisation progressive à l’ensemble du territoire national à partir de juin 2020.

Comme pour dire d’octobre 2019 à décembre 2020, 40% des citoyens les plus démunis, soit environ 6 millions de personnes seront authentifiées afin de pouvoir bénéficier des prestations de l’ANIES, notamment sous forme  de transferts monétaires, travaux à haute intensité de main d’œuvre  et accompagnement communautaire.

Selon la Directrice générale de l’ANIES, Mme Sanaba Kaba, «  dès ce mois d’octobre nous allons commencer la collecte des données biométriques ; et à partir des  mois de novembre –décembre,  nous allons faire l’enrôlement. Nous allons commencer par le projet pilote qui concerne 400 000 personnes  sur environ 6millions de guinéens ciblés par ce projet sur la base des critères de la pauvreté définie  par l’institut national de la statistique »

Pour le Conseiller spécial du Premier ministre, chargé de l’économie des finances et du budget, coordinateur général  de l’ANIES, Ansoumane Camara,  « l’accord d’aujourd’hui est évalué en coût unitaire. C’est à dire  l’objectif de l’ANIES,  c’est de s’adresser aux  40% des guinéens les plus pauvres, c’est un peu moins de 6 millions de personnes. Donc, l’enrôlement biométrique a été évalué au coût unitaire, soit 2,6 dollars par enrôlement. Ce qui est très en dessous de la moyenne  mondiale. Selon la Banque mondiale, l’enrôlement coûte entre 4 et 11 dollars par individu… Nous avons  très bien négocié ce contrat et nous avons aussi imposé  des garanties d’interopérabilité et de réversibilité ; ce qui met  la Guinée à l’abri de toute forme de dépendance technologique pour ce qui concerne la base de données biométriques de l’ANIES,… »

A son tour, le Directeur  de la Région Afrique  sécurité publique et identité de la société IDEMIA, Antoine Grenier,  se dit fier  d’avoir signé ce contrat avec l’Etat guinéen. «  Nous allons procéder avec un  partenaire local guinéen aux opérations  d’enrôlement sur le terrain, de 40% de la population et nous délivrerons à cette occasion-là, environ un million de cartes aux familles qui sont l’objet du programme de l’ANIES,…  Nous garantissons la fourniture d’un système  opérationnel complet et les opération d’enrôlement jusqu’à la constitution de la  base de  données incluant les données biographiques (noms, prénoms, date de naissance, lieu de naissance, etc.),  et les données biométriques que nous allons enrôler, emprunte digitale et reconnaissance faciale, qui permettront d’assurer  à cette base de niveau, les meilleures données de standards  en terme de sécurité ».

 

Mohamed Y