Home / Economie / Assemblée nationale: la session extraordinaire relative à la loi de finances rectificative 2019 a débuté ses travaux

Assemblée nationale: la session extraordinaire relative à la loi de finances rectificative 2019 a débuté ses travaux

 

Comme annoncé par décret du chef de l’Etat,  la session extraordinaire relative à la loi de finances rectificative 2019, s’est ouverte, ce vendredi 09 août 2019, à l’Assemblée nationale en présence de deux  membres du gouvernement en l’occurrence, le ministre du Budget, Ismaël Dioubaté et celui de la Justice, Mohamed Lamine Fofana, également chargé des Relations avec les institutions républicaines.

Dans son intervention de circonstance, le président de l’Assemblée nationale, l’honorable Claude Kory Kondiano a rappelé avant tout que, la Loi de Finances Rectificative (LFR) « est soumise à l’examen de notre parlement pour, d’une part, éviter la détérioration du déficit budgétaire et d’autre part, pour s’assurer que la politique budgétaire reste conforme aux objectifs du programme de stabilité macroéconomique, d’inclusion sociale et croissance économique négocié avec nos partenaires techniques et financiers de Brettonwoods.

Aux dires du  président de l’Assemblée nationale, le budget de l’État pour l’exercice 2019, a été exécuté au 30 juin à hauteur de 9 677 milliards GNF en recettes et de 6 229 milliards en dépenses, pour des prévisions annuelles respectives de 19 331 milliards de francs guinéens en recettes et de 22 312 milliards GNF en  dépenses.

« Ces niveaux d’exécution sont satisfaisants pour les recettes, réalisées à hauteur de 50,06% mais préoccupants pour les dépenses réalisées à moins de 30%  à fin juin 2019. La faiblesse des dépenses d’investissements publics sur fonds propres est aussi particulièrement remarquable avec seulement  113,52 milliards GNF dépensés pour un objectif semestriel de 1 294 milliards GNF soit, seulement 8,77% », a-t-il ajouté.

En plus de la Loi de Finances Rectificative (LFR) 2019, l’Assemblée nationale aura à étudier d’autres textes de lois d’actualité notamment celles qui concernent  la CENI, le Code électoral, la Charte des partis politiques et le Statut des militaires.

A signaler que, la présente session doit prendre fin au plus tard, le 4 septembre prochain.

                                                                                                                                             Mohamed Y

 

Envoyer un commentaire

Votre adresse Email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués par un astérisque *

*