Home / Actualité / Syli National de Guinée : un espoir déçu !

Syli National de Guinée : un espoir déçu !

S’il y a un domaine qui rapproche les guinéens c’est bien le football. La qualification du onze national a été un réel motif de fierté pour les guinéens. La mobilisation et l’enthousiasme qui ont accompagné le Syli national étaient indescriptibles. Sur toute l’étendue du territoire national, une même ferveur s’est emparée des guinéens de tous les âges. Même les religieux ont participé à cet engagement pour galvaniser l’ardeur des joueurs. Malheureusement, la montagne n’aura accouché que d’une souris. La déception était totale, elle se lisait sur tous les visages de Conakry à N’Zérékoré.

Pour certains ce qui s’est passé en Egypte était prévisible. Le Syli durant sa préparation n’a fait aucune victoire, et il n’a enregistré que des défaites. Donc les phases préliminaires n’ont été que l’image de la préparation. Pourtant l’Etat a mis à la disposition du département de la jeunesse les moyens financiers nécessaires pour cette campagne égyptienne. On n’arrive pas à croire à ce qui s’est passé au Caire alors que c’est une évidence. Le problème du Syli national est devenu un véritable casse-tête, une équation à multiples inconnus. On se targue de nos anciennes gloires à travers le HAFIA et le véritable Syli national d’antan. Allons-nous continuer  à vivre dans ce passé et manquer de marquer le présent par de véritables actes ?

Que dire du Bénin ou de Madagascar qui pour leur coup d’essai ont réalisé le coup de maître. En Guinée on assiste à une véritable valse des entraineurs qui sont le plus souvent victimes des mauvais résultats de leurs poulains. A ce rythme on finira par essayer tous les entraineurs possibles du monde. La question qu’il faut poser c’est de savoir où se situe le problème du Syli ? Est-ce une malédiction, une mauvaise gestion ou un manque de patriotisme ?

L’avant dernier CHAN auquel la Guinée a participé a été un succès total, n’eut-été la maladresse de certains joueurs, cette sélection allait remporter la coupe. Ces jeunes sont issus du championnat national, ils ont mouillé les maillots pour la patrie. Pour un instant il faut s’arrêter pour faire une analyse profonde du football guinéen. Les deux maux qui gangrènent ce domaine sont : le manque de patriotisme et la mauvaise gestion.

Le Patriotisme

Le très célèbre HAFIA a joué pour sa patrie, il n’a pas exigé l’argent pour le faire. Leur fierté était de se voir représenter le tricolore national. Ces joueurs l’ont fait avec tout l’engagement et toute la détermination. Ils ont été les premiers en Afrique à s’adjuger trois fois le trophée continental. Aujourd’hui on a l’impression que cette fibre patriotique ne vibre plus dans le cœur des jeunes souvent retenus pour la sélection. On paye de l’argent pour aller à la recherche des jeunes en Europe, certains acceptent, d’autres se font prier de  jouer pour leur pays. Ce qui n’est pas normal car, la patrie est supérieure à tout.

Mais il y a que la cohorte qui gravite autour de cette sélection n’est pas souvent d’une sainteté absolue. Ces gens fondent leur bonheur sur le dû des joueurs. Ils grignotent sur les primes de matchs et gonflent parfois les devis. Ceux qui en ont été une fois victimes ne se cachent pas pour manifester leur désagrément. Cela aussi peut être cause du comportement apathique des joueurs guinéens, qui se voient privés de leur droit.

Pourquoi aller chercher des professionnels qui ignorent le patriotisme et qui défendent plutôt leur intégrité physique  que leur patrie ? Les jeunes guinéens qui évoluent dans le championnat local ne sont-ils pas pétris de talents mieux que certains de ces expatriés ? Mais malheureusement on préfère les ignorer pour aller à la quête de pseudos patriotes qui ne viennent pas pour nous apporter la joie,  mais pour nous chagriner. Les populations guinéennes sont fatiguées de la déception causée par le Syli national. Le peuple de Guinée a été habitué à la victoire et non à une perpétuelle défaite.

Il faut que l’on dise la vérité, il faut que cette situation cesse. De nombreux guinéens sont mal en point aujourd’hui à cause de ce comportement défaitiste de notre Syli national qu’on pourrait même surnommer «  FINI NATIONAL ». Le mauvais choix des joueurs impacte négativement sur la sélection et de nombreux jeunes footballeurs du pays sont frustrés par le comportement des responsables sportifs qui en grande partie exigent de se faire graisser les pattes. Le pharamineux budget de cette campagne égyptienne est effrayant au regard du résultat obtenu. Recruter les jeunes footballeurs de notre championnat local et les promettre le quart de ce budget, ils feront du miracle.

Il faut avoir pitié des populations guinéennes pour leur  permettre de connaitre elles aussi de belles victoires. Pour cela, il faut divorcer avec les anciennes habitudes. Faire une épuration systématique dans le monde du sport pour éjecter les mauvaises graines. Accorder la priorité aux joueurs nationaux lors de  la sélection pour les campagnes continentales : CHAN et CAN.  Ces jeunes n’auront pas peur de se lancer dans la bataille car, la seule chose qu’ils vont défendre, c’est leur honneur.

Famany Condé