Home / Actualité / Rencontre d’un Médecin islamologue qui parle des maladies incompatibles avec le jeûne

Rencontre d’un Médecin islamologue qui parle des maladies incompatibles avec le jeûne

En ce mois de pardon et de pénitence, notre rédaction a profité de cette occasion pour interviewer Docteur Ibrahim Wann, Médécin Churigien à l’Hopital Ignace Deen et Médecin de la Ligue Nationale, Chargé de la prise en charge des Pèlerins. Lors de cet entretien, réalisé dans une mosquée de Conakry, ce sage spirituel, doué dans sa profession médicale  et doté d’une parfaite maitrise en islam, nous a expliqué en long et en large, les avantages du jeûne pour l’organisme et indiqué, les maladies incompatibles avec le jeûne ainsi que d’autres sujets importants relatifs au Ramadan.

Pour en savoir plus, veuillez lire l’interview in extenso

En tant que Médecin, quels sont les avantages du jeûne pour l’organisme ?

Du côté médical, le Prophète (PSL) a dit ‘’Sôumôu Tassikhou’’, c’est-à-dire, jeûner vous aurez la santé, et tout ce que le Prophète (PSL) dit c’est bien raisonner. Alors, on a compris qu’avec le jeûne c’est l’organisme qui est au repos. Quand vous travaillez durant toute l’année, vous avez une période de vacance, l’organisme aussi pendant le jeûne c’est comme si, il est en vacance et l’organisme devient encore plus solide et plus sain.

Il faut savoir que pendant le jeûne, c’est l’appareil digestif qui est au repos, de l’aube jusqu’au soir  ainsi que le foie et les reins. Le foie, à lui seul a 33 fonctions dans l’organisme, parmi lesquelles, 13 sont essentielles, quand une seule disparaît, l’intéressé peut en-mourir. C’est le foie qui fabrique les protéines et beaucoup de substances utilisables au niveau de l’organisme. Pendant la digestion surtout quand vous prenez les graisses ça lui donne énormément de travail, alors, lorsque que vous êtes au repos, le foie aussi est au repos. A cela s’ajoute, le jeûne du mois de Ramadan, permet de réduire certaines pathologies dont l’obésité, la tension nerveuse, le taux de cholestérol et l’hypertension artérielle.

Quand le Prophète (PSL) dit ‘’Sôumôu Tassikhou’’, ça, c’est du côté médical. Le carême permet aussi de traiter les maladies spirituelles, les maladies du cœur, l’hypocrisie et le mensonge. De façon spirituelle, les bénédictions sont exaucées, si le musulman se débarrasse de ces éléments-là. Le Prophète (PSL) a dit qu’on peut voir des gens qui jeûnent mais qui ne jeûnent pas. Quand ils s’abstiennent de manger alors qu’ils continuent  d’insulter, de mentir ou de faire d’hypocrisie et de lâcheté, que Dieu n’a pas besoin de leur jeûne, il faut régler cela avant de commencer le jeûne.

Quelles sont les maladies incompatibles avec le jeûne ?

Il y’ a des maladies qui sont incompatibles avec le jeûne, parce que beaucoup ne savent pas quand il faut cesser de jeûner. La principale c’est l’ulcère : c’est une plaie au niveau de l’estomac. Cette plaie quand vous jeûnez, il y’a l’acide qui vient au niveau de l’estomac et cela crée d’autres complications comme l’hémorragie et les perforations.  Lorsque cette maladie est confirmée chez le patient, il faut la traiter jusqu’à sa cicatrisation avant de jeûner. Sinon, la personne s’expose à des complications, comme la gastrite érosive qui peut entraîner des douleurs terribles si l’intéressé jeûne.

En plus il y’a le diabète décompensé : On a dit quand le diabète est à son début, cela à moins de problème, pour celui qui jeûne. Mais quand c’est un diabète décompensé qui oblige la personne de beaucoup manger et boire, l’intéressé ne peut pas rester du matin au soir sans manger ni boire.

L’anémie sévère : l’anémie c’est quand le taux de globules baisse dans le sang. Lorsque la personne ne mange pas, sa maladie va s’aggraver. Il y’a aussi la boulimie qui est l’excès de faim, le malade est déshydraté, il ne peut pas rester sans manger ni boire.

A cela s’ajoute aussi les personnes qui ont  la diarrhée profuse ; les personnes âgées de plus de 80 ans ; les personnes qui ont le VIH qui sont séropositives et les grossesses à risque. Si la femme enceinte à d’autres pathologies, elle ne doit pas jeûner.

Bref, tous les malades hospitalisés que ça soit pour des raisons médicales ou chirurgicales dès qu’ils sont hospitalisés, il faut qu’ils arrêtent de jeûner, parce qu’on leur donne des médicaments et des examens à faire.

Alors quels sont les médicaments incompatibles avec le jeûne ?

Les médicaments incompatibles avec le jeûne : il y’a la perfusion, la transfusion sanguine ou prendre des vitamines par la voie intraveineuse.

Tout de même, il y’a certains médicaments qui sont compatibles avec le jeûne, dont les antibiotiques qui sont injectables mais pas sous la forme orale.  Tout ce qui est injectable comme le novalgin, les anti-inflammatoires, on peut les donner par la voie intramusculaire. On peut aussi prélever le sang ce n’est pas interdit, ça ne gâte pas le jeûne. Ce qu’il faut ajouter, un musulman ne doit pas décider lui-même s’il doit jeûner ou pas, si c’est un problème médical, qu’il consulte les médecins c’est à eux de dire que cette maladie est incompatible ou pas.

Pendant une compétition internationale, est-ce qu’un sportif peut se permettre de ne pas jeûner ?

L’islam ne dit pas à quelqu’un comme il fait le sport, il ne doit pas jeûner, ça ne fait pas partie. S’il ne peut pas jouer tout en étant à  jeûn, on doit le remplacer. L’islam ne reconnait pas cela.

Etant un homme averti en l’islam, dites-nous quelles sont les choses qui invalident le jeûne ?

Les principaux éléments qui peuvent gâter le carême sont : Quand on absorbe un aliment ou boit de l’eau de façon volontaire, le jeûne est complètement annulé, les vomissements à répétition et les rapports sexuels. D’ailleurs, cela est l’un des grands facteurs qui gâte le jeûne, tout ce qui attrait au rapport sexuel est complètement interdit. La femme aussi quand elle voit ses menstrues en plein ramadan, elle doit couper son jeûne.  Mais les injures ou se battre n’annulent pas le jeûne néanmoins compromettent les bénédictions liées au carême.

Votre mot de conclusion 

Les musulmans doivent profiter le maximum pour se rapprocher de Dieu pendant le Ramadan. C’est le mois du pardon, pendant cette période les portes de l’enfer sont fermées et toutes les portes de paradis sont ouvertes, le Satan est ligoté, chaque jour qui passe, Dieu affranchit 100 mille personnes qui étaient destinées à entrer dans l’enfer pour aller dans le paradis. C’est pourquoi le Prophète (PSL) a dit quelqu’un, qui après un mois de carême et qui reste avec des péchés qui lui font entrer dans l’enfer, c’est qu’il est maudit et qu’il reste là-bas. Il faut se rapprocher de Dieu par la lecture du Saint Coran, faire les zikr, évoquer le nom de Dieu, prier sur le Prophète (PSL). Surtout les prières nocturnes équivalent aux prières canoniques en dehors du Ramadan. Faire beaucoup de sacrifices, car les gains sont multipliés de 70 à 700000. Quand vous donnez à manger à quelqu’un pour rompre son jeûne, vous aurez la bénédiction du jeûne et votre propre bénédiction.  En dehors du mois de Ramadan, quelqu’un qui jeûne, Dieu l’éloignera de l’enfer d’une marche d’une année et pendant le Ramadan, un seul jour du jeûne, l’éloigne de l’enfer d’une marche de 70 ans. Il faut être le dernier des maudits pour ne pas profiter du mois de Ramadan.

Le jour de l’Alaytaoul Qadr, les anges viendront assister aux cérémonies effectuées par les musulmans, les anges diront que tous ceux qui sont présents, Dieu a promis d’effacer leurs péchés et de les faire entrer au paradis. Même si les gens vont dormir dans la mosquée, cela est mieux que de rester à la maison pour profiter de la bénédiction de cette nuit. Avant de remonter, les anges diront que Dieu accorde le paradis et épargne de l’enfer, tous ceux qui sont réunis cette nuit-là à la mosquée.

Propos recueillis par Ibrahima Bah